Votre avis compte

4.0

Note globale "Repères"

Merci pour vos beaux retours

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

Belle introspection et retour aux sources ! Intimité et émotions sont révélées avec un coup de cœur pour la ville de la jeunesse d’Astrid puisque j’y vis ;)

Nesrine

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

Livre époustouflant qui représente bien son nom de Repères car ce chef d'œuvre est véritablement un repère pour une vie ! Toutes mes salutations à Astrid-Aimé dont je suis persuadé qu'il n'a pas fini de faire parler de lui

Andy

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

Très bien, le livre est poignant. On sent une sensibilité à fleur de peau avec toute la délicatesse de l'auteur Astrid-Aimé. Je recommande vivement.

Fabienne

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

Pour moi c’est compliqué d’avoir un avis construit sur une biographie, car on se retrouve dans l’intimité de l’auteur, qui a bien voulu nous la partager le temps de quelques pages. On retrouve justement ce côté intime dans ce livre, l’auteur nous raconte sa vie avec beaucoup de sensibilité qui ne peut pas laisser indifférent.

Dans Repères, c’est l’entièreté des rapports et du lien que peut avoir un immigré africain avec la France qui est abordée, il n’y a pas un sujet qu’Astrid-Aimé ne traite pas. Il est dès lors facile pour un lecteur Africain, quel que soit son pays d’origine, de se retrouver dans ces pages. Et pour un lecteur qui ne serait pas africain, la force du livre résulte tout simplement dans la sincérité et l’honnêteté des opinions qui y sont formulées.

J’ai ainsi apprécié le côté accessible du livre, dans lequel des connaissances et des ressentis sont partagés sans jamais tomber dans le bullshit intellectuel ou dans des envolées lyriques inutiles

Marie

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

Comment vous parlez de ce livre ? C’est un récit de vie, une autobiographie. Une écriture singulière portée par une envie, ou peut-être un besoin, trop longtemps contenue et libérée par un retour aux sources.

Le retour aux sources : les retrouvailles avec son père au Cameroun, qu’il n’aura revu qu’une seule fois depuis son départ à l’âge de onze ans. S’en suivent de longues discussions que l’auteur nous rapporte, entre passé/présent, philosophie et culture tribale. Il partage avec nous la façon dont s’est développé le Cameroun, les conflits internes à l’approche des élections, les discriminations jusqu’au sein de la famille pour peu que l’un d’eux soit plus clair de peau (colorisme), les plus pâles étant supérieurs aux plus foncés. Il évoque une enfance difficile et tiraillée entre Bamilékés et Bétis. Élevé tour à tour chez l’un ou l’autre de ces groupes ethniques, membres de la famille, censés prendre le relais de parents absents sans pour autant mettre le coeur à l’ouvrage et commettant des actes qui me semble inqualifiables, il traduit son expérience par une réflexion où l’enfant est au coeur des préoccupations et où le rôle des adultes se veut impliqué dans les bases d’une construction identitaire solide.

Et comme la France fait également partie de sa construction identitaire propre, il retrace son parcours depuis son arrivée à la cité dont l’environnement est bien plus métissé que son pays natal, entre retrouvaille maternelle et pseudo construction d’un nouveau foyer ; le monsieur épousé ayant bien caché son jeu. Le quotidien, au prime abord, heureux, se transforme en cauchemar et la rue, pourtant tout aussi peu sécurisante, l’accueille en mode survie.

Malgré la dureté de la vie, le manque de Repères, c’est avec beaucoup d’humanité et de bienveillance qu’Astrid-Aimé raconte cette tranche de vie. Je me suis étonnée de ne pas ressentir plus de colère ou d’agressivité dans ces mots face à des maux de l’enfance qui laissent des traces indélébiles. Il y a énormément de sagesse et de philosophie dans son texte, de la résilience plus encore ; et du pardon, sinon comment ?

Je ne suis pas sûre de lui rendre justice car ce texte est tellement intime. Alors je terminerai simplement en vous disant que j’ai aimé le lire, j’ai aimé découvrir, j’ai aimé apprendre de lui. J’ai voyagé dans un pays que je ne connais que de nom ou par quelques actualités. Je me suis glissé dans la cité sur laquelle je porte un nouveau regard. Je me suis questionnée et me questionnerai encore. Merci pour ce récit initiatique pour le témoignage qu’il représente.

Bonne lecture
N’hésitez pas à le lire.

delphine

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

Ce récit autobiographique est très intéressant et touchant avec un texte puissant. Je pense qu’il peut faire écho à énormément de personnes. Il s’agit d’une très belle réflexion sur la vie de l’auteur avec beaucoup de sujets abordés et de questionnements.

Je me suis sentie un peu perdue sur les 100 premières pages entre le récit du papa et celui de l’auteur que je confondais mais cela ne m’a pas découragé. J’y ai trouvé un texte sensible et ses mots m’ont ému.
Cette lecture m’a sorti de ma zone de confort, c’est une superbe découverte.

Sandra

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

L'histoire est dans son fond très intéressante car il parle d'un chemin de rédemption de l'auteur dû aux difficultés rencontrées lors de son chemin de vie et de son désir de faire le bien le titre du livre est très bien trouvé repère en récit initiatique, car sans repère dans la vie on ne peut évoluer de manière constructive et intéressante, la trame du livre et agréable, car l'écriture en des termes philosophiques se lit aisément

David

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

Un livre qui m'a littéralement bouleversé... L'histoire est poignante, les échanges entre le père de l'auteur et l'auteur tellement intéressant. On est en haleine du début à la fin. Chaque page donne envie de découvrir celle d'après ! Un livre que je recommande vivement. Merci Astrid-Aimé pour ce récit de vie intime et sincère.

Sarah

valentin-salja-CLvkkjb-i3g-unsplash.jpg

Très agréable découverte !une écriture qui m'a beaucoup séduit par sa richesse en événements et la délicatesse avec lesquels ils sont abordes .
A lire absolument par toutes tous.
Bravo Astrid
François

Francois